PROGRAMME DU JOUR

https://www.facebook.com/RADIO.mdm.itma

dimanche 9 février 2014

Conférence Débat à Lyon : Le Maroc, la question des droits de l homme

Conférence Débat:
 Le Maroc, la question des droits de l homme
Avec Mme Khadija Ryadi,

Le mercredi 12 février 2014 de 18 à 20h
Science PO Lyon Amphi Leclair
14 avenue Bertholot 69007 Lyon

La militante marocaine des droits de l’homme et ex présidente de l’Association marocaine des droits humains (AMDH), Khadija Ryadi récompensée par le Prix des Nations unies pour la cause des droits de l’homme

Ancienne Présidente de l’Association marocaine des droits humains (Maroc) – Mme Ryadi lutte depuis 1983 pour diverses causes des droits de l’homme, notamment contre l’impunité, et pour l’égalité entre les hommes et les femmes, l’autodétermination et la liberté d’expression, quelle que soit l’orientation sexuelle.  Elle coordonne un réseau de 22 ONG des droits de l’homme au Maroc.

Contact organisateur FORSEM
contact@forsem.fr

mardi 4 février 2014

Les MRE de Belgique au centre d'entretiens entre M. Birou et le secrétaire d'Etat de la région de Bruxelles-Capitale

Le rôle de la Communauté marocaine résidant en Belgique ainsi que la nouvelle politique migratoire du Maroc, ont été au centre d’un entretien, lundi à Rabat, entre le ministre chargé des Marocains résidant à l’Etranger et des Affaires de la Migration, Anis Birou, et le Secrétaire d’Etat de la région de Bruxelles-Capitale, ministre chargé de l’Action sociale et de la Famille, Rachid Madrane.

L'entrevue avec M. Madrane s’est focalisée sur le rôle de la Communauté marocaine résidant en Belgique et ''tout ce que nous pouvons lui offrir pour réussir ce qu’elle désire entreprendre en Belgique et également au Maroc", a indiqué M. Birou dans une déclaration à la MAP. 

S’agissant du premier point, il a expliqué que l’objectif est d’encourager cette communauté à réaliser des investissements, à prêter un intérêt et à contribuer à tous les projets et chantiers de développement enclenchés au Maroc. Quant au second point, a-t-il dit, il a porté sur "la nouvelle politique migratoire mise en œuvre au Maroc, après l’initiative royale visant à réglementer la situation de nombreux immigrés vivant de façon illégale au Maroc". 

L'entretien a été l'occasion d'évoquer le programme d’insertion des immigrés et les moyens susceptibles de leur permettre de mieux réussir leur intégration dans le Royaume, a indiqué M. Birou.
De son côté, le Secrétaire d’Etat de la région de Bruxelles-Capitale, également ministre des Relations internationales, a indiqué, dans une déclaration à la MAP, que cet entretien avec M. Birou, a permis de passer en revue les problèmes que vit la communauté marocaine résidant en Belgique, sachant que plus de 400.000 Marocains résident en Belgique, notamment à Bruxelles. 

"Nous fêtons 50 ans d’immigration marocaine en Belgique", a tenu à rappeler M. Madrane, accompagné lors de cet entretien de représentants de la Wallonie Bruxelles, ajoutant que la rencontre a été également l’occasion de "renforcer le partenariat, déjà fructueux avec le Maroc, au niveau de la Wallonie Bruxelles et avec l’Etat fédéral". Le but que s’assigne également cette réunion avec M. Birou est de "garder le lien entre cette communauté marocaine vivant en Belgique et le Maroc", a-t-il dit, plaidant pour un devoir de mémoire envers les premières générations de migrants marocains. 

"Un besoin de mémoire s’impose désormais", a martelé M. Madrane, en expliquant que "si aujourd’hui c’est une communauté marocaine qui vit depuis longtemps en Belgique, les anciens sont toutefois en train de quitter le pays : Quand un ancien marocain s’en va c’est toute une bibliothèque qui disparaît avec lui".
Il a indiqué, dans ce contexte, avoir proposé à M. Birou de faire en sorte pour que ''nous construisions ensemble cette bibliothèque: les enfants de la 3ème et 4-ème génération ayant besoin de référents pour qu’ils puissent vivre bien leur double culture".(MAP).

Immigration au Canada: des milliers de familles bientôt réunies

OTTAWA-Le Canada veut éliminer les arriérés de demandes de parainnage des parents et grands-parents dans le cadre de sa politique d'immigration.Bientôt, des milliers de familles seront réunies grâce à cet assouplissement.
Le ministre de la Citoyenneté et de l'Immigration, Chris Alexander, a annoncé aujourd'hui le lancement de la prochaine phase du plan du gouvernement en vue d'éliminer l'arriéré de demandes dans le programme de parrainage des parents et des grands-parents (PGP).
Tel qu'il l'a promis plus tôt cette année, le gouvernement du Canada a rouvert le PGP afin d'accepter 5 000 nouvelles demandes. Puisque Citoyenneté et Immigration Canada a déjà reçu 5 000 demandes complètes, la réception des demandes présentées au titre du programme des PGP sera une fois de plus interrompue jusqu'à l'an prochain, pendant que nous concentrerons notre énergie à réunir davantage de familles. D'ici la fin de 2014, nous prévoyons accueillir 20 000 parents et grands-parents supplémentaires au Canada, ce qui dénotera une réduction considérable des délais d'attente pour tous les demandeurs.
Le gouvernement a de très bons antécédents pour ce qui est de la réunification des familles et des êtres chers et a pris des mesures pour veiller à réduire les arriérés et à améliorer les délais de traitement des demandes. Depuis le lancement du Plan d'action pour accélérer la réunification familiale en 2011, le gouvernement a réduit l'arriéré de moitié, et le Ministère prévoit qu'il aura été réduit de 75 p. 100 d'ici la fin de 2015.
Le gouvernement continue d'avoir le programme de réunification familiale le plus généreux de tous les pays développés. Grâce au super visa, les parents et grands-parents peuvent rendre visite à leurs familles au Canada plus rapidement et plus facilement. À ce jour, plus de 28 000 super visas ont été délivrés et presque 98 p. 100 des demandeurs du super visa qui satisfaisaient aux exigences ont été approuvés.
De nouvelles demandes seront acceptées dans le cadre du programme des PGP à compter de janvier 2015. D'autres renseignements seront disponibles à l'approche de cette date.
Faits en bref
  • En incluant les conjoints et les personnes à charge, les 5 000 demandes au titre du programme des PGP représenteront environ 9 000 personnes.
     
  • Les répondants admissibles peuvent amener temporairement leurs parents ou grands-parents au Canada au moyen du super visa, qui est un visa pour entrées multiples, valide jusqu'à 10 ans, et qui permet à un parent ou à un grand-parent de demeurer au Canada pour une période pouvant aller jusqu'à 24 mois à la fois sans avoir à renouveler son statut.
Citation
« Notre gouvernement comprend l'importance de passer du temps en famille et avec des êtres chers, et il s'est engagé à améliorer le système d'immigration afin de réunir les familles plus rapidement. Le programme de réunification des familles du Canada est le plus généreux dans le monde développé. En complément de ce programme, le nouveau super visa demeure une option non seulement pratique, mais qui connaît aussi un taux élevé d'approbation chez les personnes désirant rendre visite à leur famille au Canada, et ce, pour une période pouvant aller jusqu'à deux ans à la fois. »
Chris Alexander, ministre de la Citoyenneté et de l'Immigration du Canada